Mettre Fin à une Vie Entière Sans Croyance

Sandy Clarke, qui trouva les enseignements de Son Éminence Tsem Rinpoché en surfant sur YouTube, exprime les changements dans sa vie et ses croyances.

J‘étais avec quelques amis l’autre soir, et la plupart d’entre-eux semblaient quelque peu choqués que j’étais « entré dans le Bouddhisme », sachant qu’ils m’avaient tous connu pour être une grande critique de religion (pas tant les enseignements, mais plutôt l’institution de la religion) dans la passé et je ressens qu’ils ne peuvent pas croire que mon intérêt dans la Bouddhisme s’est approfondit aussi vite.

Je dois beaucoup à S.E. Tsem Rinpoché après avoir rencontré ses enseignements par accident. Je pense que je regardais une vidéo sur la vie du Bouddha lorsque j’ai vu une vidéo avec un titre très intéressant « Êtes-vous Divin? ». Je l’ai donc regardé et j’ai pensé que « l’étudiant » qui donnait l’enseignement oral était extrêmement cultivé et que cela avait beaucoup de sens.

Cela me paraît drôle maintenant, parce que je ne savais pas qui ou quoi était Rinpoché, et parce qu’il était habillé comme une personne normale, assit dans ce qui me paraissait être un lit d’étudiant, j’ai présumé qu’il était simplement un jeune homme sage qui donnait un discours de sa chambre.

Après avoir regardé plusieurs de ses enseignements et réalisé que j’étais TOTALAMENT à côté de la plaque, je fus très vite attirée par son habilité à créer une connexion avec ses mots et à communiquer sa passion et sa sagesse internes à son audience. Donner un bon discours n’est pas difficile. J’ai regardé et j’ai été témoin de grands discours, mais pour moi, Rinpoché a cette rare qualité quelqu’un qui peut prendre toute votre attention et la garder sans effort jusqu’à ce que l’enseignement soit finit. Je n’ai jamais été impressionnée par quiconque simplement par le fait de les voir à travers un écran; Rinpoché, pour sûr, a prouvé qu’il y a une première fois à chaque chose!

C’est grâce à lui que j’ai pris un engagement personnel à m’améliorer continuellement. C’est grâce à lui que j’essaye maintenant d’être plus consciente de mes actions et de leurs effets. C’est sûr, je n’y arrive pas toujours, et j’ai un long chemin à parcourir avant de pouvoir agir sur le moment à chaque fois, mais c’est impossible de changer plus de 20 ans (plus les vies précédentes) d’habitudes dans l’espace d’un court moment. L’astuce consiste à écorcher constamment le négatif… finalement ça s’effondrera, mais je suppose, qu’en premier, vous avez à être conscient de la nécessité d’écorcher le négatif pour pouvoir commencer.

C’est ce que Rinpoché a fait pour moi. Il a crée la conscience. Il y a un an, si quiconque me posait la question, j’aurai rigolé à la suggestion que j’allais être connectée avec n’importe quelle religion. Je regardais la plupart d’entre elles comme une exploitation des gens à travers leurs espoirs et leurs peurs : si vous ne croyez pas en ceci ou que vous ne faites pas cela, vous passerez l’éternité en enfer, mais si vous menez une bonne vie et que vous suiviez ses règles, tout ira bien.

Cependant, j’ai toujours eu un point sensible pour le Bouddhisme, principalement parce que ce que je regardais ou lisais, tout avait du sens – il n’y avait rien que je trouvais et avec quoi j’étais en désaccord.

Rinpoché a ouvert mon esprit complètement en ce qui concerne toute religion. Cette chose en elle-même fut un miracle, et s’il y avait bien une personne capable d’une telle chose, c’était lui. Oh, Sans aucun doute, il y a toujours des tas de questions dans mon esprit concernant la Chrétienté, l’Islam ou le Judaïsme, mais je ne les critique plus à présent. En fait, là où j’avais l’habitude d’être une critique véhémente, je me surprends à conseiller et encourager mes amis Chrétiens s’ils perdent parfois un peu de leur foi; chacun a le droit de croire dans n’importe quelle chose de leur choix : tant que cela ne fait de mal à personne et serve à développer la spiritualité d’une personne, alors je suis totalement pour, et non pas parce que le Bouddhisme ou que Rinpoché ai dit que c’est une bonne chose à faire, mais parce que le Bouddhisme et Rinpoché m’ont fait réaliser que c’est la meilleure chose à faire, de comprendre et de respecter la croyance d’une personne, n’importe laquelle puisse-t-elle être.

À Rinpoché, je suis éternellement reconnaissante pour sa patience et son infinie bonté, et je serai éternellement reconnaissante parce qu’il m’a ouvert l’esprit à certaines choses qui m’étaient auparavant fermée. J’admire profondément sa méthode d’enseignement « non-conventionnelle », et c’est de mon opinion que s’il y avait plus d’enseignant (en général – pas seulement de religion) avec son dynamisme, sa compassion, sa gentillesse, son humour et son habilité à se connecter aux gens, il y aurait bien moins de divisions entre les gens. Pourquoi? Parce apprendre à travers quelqu’un comme Rinpoché, vous en venez à voir clairement l’inutilité de n’importe quelle sorte de négativité, et au lieu de cela, vous en venez à appréciez la valeur absolue de la compassion. Il est sûr que cela peut nous prendre un certain temps à y arriver, et oui nous pouvons tomber de temps à autre, mais c’est ma grande conviction que dans un enseignant tel que Rinpoché, même les élèves avec le plus petit engagement sincère à apprendre de lui et à écouter à ce qu’il a à dire, ne peuvent pas échouer (peu importe la durée qui les y amène) à achever la compassion, la compréhension et la paix envers eux-même et les autres êtres.

Rinpoché m’a aussi introduit Ajahn Brahm, un autre grand enseignant possédant une grande sagesse et perspicacité. Si j’achève ne serait-ce qu’une fraction de la sagesse et de la bonté d’un de ces homme au cours de cette vie, je me considererais très chanceux.

Donc, je vous remercie Rinpoché, pour m’avoir offert un esprit plus ouvert, le désir d’être plus patiente et plus aidante avec ceux de mon entourage, pour m’avoir donné un aperçu de la nécessité de la conscience et pour m’avoir généralement fait voir l’importance d’une amélioration de soi constante. Et bien que je ne sois pas parfaite, et bien que d’autres aient aussi leurs fautes, je vous remercie pour avoir une patience et bonté incroyables alors que nous essayons d’écorcher nos imperfections.

Enfin, je vous remercie de vos cabrioles divertissantes occasionnelles. Je crois que c’était Ajahn Brahm qui disait que les grands chefs spirituels ont un grand sens de l’humour, ce qui est une chose que vous avez en abondance.
Pour ce que vous m’avez donné, je peux difficilement traduire mon appréciation par des mots (et j’écris beaucoup de mots!), mais je peux vous souhaiter sincèrement une longue vie, une bonne fortune, et une santé bénie. Vous êtes un enseignant remarquable.

Merci,
Sandy