“Bienvenue Dans le Culte…!”

Wan Wai Meng

Wan Wai Meng avec Tsem Rinpoché

Wan Wai Meng avec Tsem Rinpoché

S.E. Tsem Rinpoché a mentionné cette phrase de nombreuses fois depuis les quelques dernières années, mais je n’ai jamais ressentis de réserve ou de peur à cette déclaration. Je suppose que je suis probablement trop bête pour ne pas être effrayé…Mais de toute façon, c’est l’histoire de la façon j’ai rencontré Rinpoché et pourquoi je suis resté dans « le culte ».

La rencontre avec Rinpoché est très liée avec mon intérêt initial du Bouddhisme qui a commencé quelque part entre l’age de 11 ans et 13 ans lorsque je jouais à « Donjon et Dragons » dans la maison de mon meilleur copain. Mon copain était toujours le chef et j’étais toujours le suivant dans tout, et lorsqu’il m’a parlé du Bouddhisme, ce fut comme une supernova qui a explosé dans ma tête, il y a eu un effet chimique instantané.

J’avais ces yeux qui pouvait croire à tout ce qu’il me disait et je l’ai cru de tout mon cœur. Il m’a donné un mala (rosaire), que je garde depuis ce jour, près de 20 ans après, et m’a dit comment chanter le mantra de Chenrésig.

J’ai été « Bouddhiste » pour de nombreuses années mais sans aucune des clés et des méthodes pour apprendre plus sur le Bouddhisme. Ensuite, lorsque j’ai atteint l’age de 17 ans et après mon diplôme, la mère de mon meilleur ami eu une vocation : le travail caritatif. Elle aidait dans l’association Tzu Chi faisant des enquêtes sur des gens qui avaient besoin d’assistance, et allait leur rendre visite et les aidait.

La pensée d’aider les autres m’attirait vraiment et j’y suis allé aussi. J’ai vu beaucoup de souffrance ce jour là et c’était assez écrasant mais je savais qu’il existait un groupe de gens qui pouvaient offrir de leur temps et de leur énergie pour aider les autres.

J’étais inspiré: je voulais vraiment être Bouddhiste, je voulais vraiment construire un hôpital gratuit pour les pauvres et mon idéalisme m’a occupé pour les nombreuses années suivantes. Cependant, revenir de la visite des maisons a élevé plus de questions que de réponses. Je me demandais pourquoi cela arrivait et parce que je ne connaissais rien sur le Dharma ou sur la loi de cause à effet (karma), je ne pouvais pas rationaliser ce que je voyais.

En quelque sorte, peut-être, ça fut le debut de ma recherche. L’année suivante, lorsque j’étais dans KSMKL à l’école, j’ai rejoint un groupe Bouddhiste. Un jour, une fille du groupe, nommée Chin Tzu, m’a demandé si je voulais aller à un enseignement du Dharma et m’a dit que j’allais bien aimer. Je ne peux pas me rappeler ce qui s’est passé dans mon esprit, mai j’y suis allé sans grande fanfare.

Le cours était dans un des centres du Dharma dans Old Klang Road. Je me souviens avoir suivit mon amie vers le centre et je crois me souvenir d’avoir été en retard aussi. Je ne pouvais pas vraiment voir l’enseignant d’où je me trouvais mais je pouvais entendre sa voix. L’enseignant avait une voix très claire, presque mélodieuse, et elle était d’un accent américain. Je n’ai pas en mémoire le sujet mais j’étais accroc à l’enseignant et je voulais en savoir plus sur ce qu’il avait dit. Une des choses dont je me souviens était qu’il se plaignait de ses personnes qui venaient à lui pour lui dire quelque chose comme « Cet enseignant était bon, cet enseignant était mauvais », etc.

Je ne suis pas sûr s’il avait laissé sortir une des ses blagues caractéristiques ce jour-là, mais j’étais convenablement impressionné par Rinpoché. Je crois que j’ai été initié à une pratique avant de partir pour l’université, les circonstances sont aussi floues. J’avais juste commencé à chanter le mantra sans aucun doute et (Oh, vous allez hausser des sourcils lorsque je vais vous dire ça), je chantais même le mantra à mon école lorsqu’il y avait du monde autour! À part une cassette que j’ai donné à mon meilleur ami, je n’ai pas eu de contacte avec Rinpoché avant la fin de mon passage à l’université.

Mais pourquoi suis-je resté dans le culte? Le plus j’en sais sur Rinpoché, le plus impressionné je suis par sa dévotion à apporter un véritable changements à nos vies. Bien évidement, à travers les années, tout le monde « supporte » les réprimandes, mais c’est seulement maintenant que je sais qu’il le fait entièrement pour notre bien. Je penses que s’il se fichait vraiment du développement de notre caractère, il ferait une sieste ou regarderai Astro (câble télé), ce qui serait vraiment moins stressant pour lui!

Il m’a souvent taquine et m’a aidé à rigoler de moi-même. Cela n’a pas été facile de pratiquer ce qu’il m’a dit mais je suis toujours content d’être resté pour être capable de voir ses vraies qualités. À de nombreuses reprises, j’ai eu des difficultés a me transformer, mais il a persévéré et savait toujours la bonne chose à dire. Et après toute la « transformation », le monde n’a pas changé mais c’est bien plus facile de travailler en harmonie avec les autres. Même dans ma famille, les conversations coulent plus librement et il y a un véritable effort de communication.

De nombreuses manières, je connais finalement plus du « moi » réel. Pas « le plus gentil » ou « le plus bon » que j’ai toujours pensé être, mais c’est OK parce que si je sais où je suis maintenant, alors peut-être que je peux l’améliorer.

Le moment n’est jamais ennuyeux avec Rinpoché : les expériences que j’ai eu à travers Rinpoché ont été si diverses et les gens que j’ai rencontré à travers lui sont si riches dans leur propre vies et si généreux. Il m’a permis de me concentrer juste une peut moins sur moi-même et un peu plus sur les autres, et le monde à tellement changé, pour le meilleur.

Merci Rinpoché pour m’avoir enseigné de rire à l’adversité et de lâcher prise à ma souffrance.

**Wai Meng est maintenant un membre du Tsem Ladrang e-Division, responsable de toutes les correspondances et du site-web tsemtulku.com. Il est aussi un membre du Comité d’Éducation.