Briser les Vielles Habitides, Apprendre de Nouvelles Astuces

Director Henry Ooi

 

Les gens m’ont souvent demandé, « Comment as-tu rencontré Rinpoché ? », « Quels étaient ses enseignements qui t’ont encouragé à continuer de participer à plus d’enseignements du Dharma ? », « Comment le Bouddhisme t’a-t-il aidé et comment appliques-tu le Dharma dans la vie de tous les jours ? », « J’ai entendu dire que le Bouddhisme Tibétain est très puissant et qu’il peut aider les gens qui ont une mauvaise santé, à régler les problèmes de mariage, financiers, les problèmes de business… qu’il peut même chasser la magie noire et les enchantements ? » Et bien, voici un compte rendu de mes expériences depuis le premier jour où j’ai rencontré Rinpoché.

Un jour, j’ai reçu un appel de ma cousine : « Hé, tu es invité à la soirée d’anniversaire de mon mari à Chap Goh Meh (le dernier jour de la Nouvelle Année Chinoise). Après le dîner il y aura un petit enseignement du Dharma par Rinpoché. Amène tes amis s’il te plaît » me dit-elle.

Elle avait mentionné à quelques reprises qui était ce Rinpoché et m’avait invité plusieurs fois à ses enseignements auparavant. Je me donnais toujours des excuses bêtes pour ne pas y aller avec des pensées comme «  Salut, discours religieux stupides et chiants, nia, nia, nia. Depuis quand ai-je le temps pour de pareilles choses ? C’est mieux d’aller au karaoké, des concours de gin, des sessions de majong. » Ça c’était en 1998.

Mais cette fois-là, j’y suis allé avec ma femme actuelle. Pourquoi ? Parce que j’avais de gros problèmes. J’avais quitté mon ancienne femme et nos deux enfants et j’avais déménagé chez ma femme présente. Je n’avais pas nettoyé ma pile d’ordures avant de partir et il y avait de nombreuses questions qui n’étaient pas résolues. En y repensant, j’étais au plus bas. Ma nouvelle aventure de business avait dégringolée à cause de mes mauvais choix. J’avais souffert d’un point de vue financier et émotionnel – ben, dis-donc, je le méritais ! J’y suis donc allé, traînant ma femme avec moi qui était une Chrétienne, baptisée dans son adolescence.

De nombreux invités étaient déjà arrivés et beaucoup d’autres arrivaient encore lorsque j’avais atteint la maison de mon cousin. Nous avons attendu que tous les invités soient arrivés et finalement, Rinpoché fut conduit dans une Volvo. Lorsqu’il descendit de la voiture et salua tout le monde, j’ai remarqué qu’il était grand (j’ai appris plus tard qu’il mesure 1m80), grand et robuste (ok, là, GROS !). Ensuite nous nous sommes tous assis pour un dîner végétarien succulent.

Je me suis assis à côté de Rinpoché, à sa droite. Pendant le dîner, Rinpoché a parlé de nombreuses choses que je ne me rappelle pas mais dont l’une d’entre elle est restée – son voyage en Chine. Après le dîner, nous sommes allés dans le salon où Rinpoché monta sur le trône qui avait été installé pour lui.

Après s’être assis, il scruta le salon, qui était surchargée d’invités et il commença par dire à ses assistants de fournir des chaises pour les personnes âgées. Ensuite, Rinpoché se tourna vers ma femme et dit «  Vous, s’il vous plaît, asseyez-vous sur une chaise. »

Elle l’ignora, pensant qu’il parlait à quelqu’un d’autre derrière elle. Une fois de plus, Rinpoché dit « Vous, dans la robe mauve, s’il vous plaît, asseyez-vous sur la chaise. »

Ma femme se pointa du doigt et demanda « Moi ? »

Rinpoché répondit, « Oui, vous. S’il vous plaît asseyez-vous sur la chaise parce que vous êtes enceinte. »

Ma mâchoire tomba, et je vis le regard embarrassé sur le visage de ma femme. À part nous deux, personne ne savait qu’elle était enceinte de quatre semaines, de notre second enfant. Là, le moine Tibétain habillé de robes safran savait !

Je ne peux pas me souvenir du sujet de son discours cette nuit là parce que ma tête nageait dans la consternation. Une chose dont je me souviens était que les mythes et les superstitions que nous les Chinois croyions étaient expliqués avec un raisonnement logique.

Rinpoché parlait avec un anglais Américain excellent avec lequel je n’avais aucun soucis. Après le cours, il bénit ma femme et lui dit, « S’il vous plait, prenez une petite gorgée de cette eau bénite quotidiennement et chantez Om Ekazati Hung Soha and Om Maha Yakcha Tsa Soha. Ce sont les mantras des protecteurs du Dharma qui vont aider à chasser la magie noire et offrir une protection contre le mal. Quand votre enfant sera né, tamponnez-en un peu sur ses lèvres pour les bénédictions. »

Avant que Rinpoché ne parte cette nuit, il nous donné à chacun un pendentif qui avait Je Tsongkhapa d’un côté et Setrap de l’autre. Rinpoché dit, « N’importe quelle difficulté dont vous faites face, n’abandonnez pas et persévérez. Vous irez bien. Nous avons l’affinité de nous rencontrer à nouveau. » C’était il y a sept ans. Notre second enfant était prématuré de huit mois et il est aujourd’hui un petit garçon de six ans, robuste et plein d’énergie.

Rinpoché possède ce flair naturel et cette habilité à capturer l’attention de ses auditeurs pendant ses nombreux discours du Dharma, avec son excellent maîtrise de l’anglais ( maintenant il a même un accent Malaisien ajouté!) et avec ses nombreux bons exemples pour accentuer certains points. Beaucoup de gens peuvent créer un lien avec cela. Il a tant de façon de transmettre son message lorsqu’il parle à son audience, qu’ils soient jeunes ou vieux, hommes ou femmes.

Parfois, il plaisante et nous enjôles, parfois, il est sérieux, avec un comportement presque courroucé. Mais à n’importe quelle occasion qui peut arriver, je ressens et je vois la chaleur exubérante, le soin, la compassion et l’amour qu’il exprime si facilement. Rinpoché ne dirige pas des sessions de chants longs, ennuyeux, avec moi stupide derrière lui qui chante aveuglément « Om Om Om », prétendant que je suis saint et dans un calme méditatif. Je m’en serais séparé il y a longtemps si c’était comme ça, sans vouloir offenser.

J’ai pris refuge avec Rinpoché le 25 avril 2001. Évidement, comme de nombreuses personnes qui étaient avec moi à cette époque, nous ne savions pas exactement ce que signifiait prendre refuge. Maintenant, nous savons…

Environ un an après, quelque chose se passa qui changea le court de ma vie. Même si mon ancienne femme avait rempli les papiers du divorce, mon business était toujours une bataille et je pouvais seulement gagner assez pour finir les fins de mois. Une nuit, quelque par en mars ou avril 2002, ma femme et moi-même furent invités par Rinpoché pour prendre un verre au café Kiwi Express à Sri Hartamas avec quelques amis.

Nous étions entrain de parler lorsque soudainement, le protecteur du Dharma se manifesta à travers Rinpoché et me dit, « Promets-tu d’arrêter ce que tu es entrain de faire immédiatement ? Ce que tu fais te mènera à ta perte et lorsque cela arrivera, tu ne te relèveras jamais à nouveau. Promets-tu ? »

Pendant ces quelques secondes, je ne pouvais pas comprendre ce qu’était ce message, mais j’ai dit oui tout de même. Après le départ du Protecteur du Dharma, nous avons recommencé à discuter et boire et nos jus de fruits. Quelques minutes plus tard, le Protecteur du Dharma se manifesta encore et répéta « Promets-tu d’arrêter et de te désister de ce que tu fais ? Tu peux le faire par loisir, ça va. Si tu fais cela, ta situation financière s’améliorera et tu ira bien. Demande à Rinpoché de t’offrir un ensemble de statues de Lama Tsongkhapa, complet avec les disciples et invite Rinpoché dans ta maison pour refaire ton autel. Ce n’est pas bien de demander ça à ton Lama, mais prend cela comme une bénédiction. Promets-tu d’arrêter ce que tu fais ? »

Il me vint immédiatement à l’esprit ce qu’on me demandait d’arrêter et je dis oui à nouveau. Nous sommes tous partis immédiatement et sommes allé chez moi. Pour la troisième fois, dans ma maison, le Protecteur du Dharma se manifesta encore et répéta ce qu’il avait dit auparavant dans le Kiwi Express.

Depuis cette nuit et ensuite, j’ai totalement arrêté l’activité négative que je j’avais promis de faire : le Jeu. Oh oui ! J’étais accroc au jeu et j’aurais pu être un membre à vie d’un casino, s’il y en avait un.

Depuis, les choses ont changés pour le mieux dans ma vie. J’ai recollé les pièces brisées et j’ai repris ma vie sous la bonne guidance et la tutelle de mon Guru et mentor, le bon et compassionnel S.E. Tsem Rinpoché. J’ai réussi à rembourser mes empreints et mes dettes et je suis maintenant capable de vivre confortablement. Je ne suis pas riche financièrement, mais je le suis spirituellement, ce que je n’avais jamais été avant de rencontrer Rinpoché.

Je dois tout à Rinpoché et à chaque fois que je pense à comment il m’a aidé patiemment moi et les autres êtres, mes yeux deviennent mouillés : mouillés de larmes de joie et de profonde admiration pour cet être qui est déterminé à soulager et mettre fin à la souffrance de tous les êtres depuis des temps immémoriaux.

Oui, le saint Dharma enseigné par notre Seigneur Bouddha Shakyamouni, communiqué à travers les moyens habiles de Rinpoché, a enrichit ma vie et je suis capable d’utiliser les enseignements et de les appliquer dans ma vie quotidienne. J’ai à présent moins en colère avec moi-même et envers les autres, et je suis capable de d’offrir plus de mon argent, de temps et d’ effort pour aider les autres.

Je suis aussi maintenant capable de voir les choses d’une plus grande perspective et j’ai appris lentement à lâcher prise. J’ai la plus grande conviction que si j’ai changé pour le mieux, les autres autour de moi le feront aussi. Parce que j’ai changé lentement pour les autres, ma relation avec mon ex-femme et mes deux enfants est à présent merveilleuse. Il n’y a pas d’amertume et nous restons des bons amis, tous et chacun.

Je veux aider de toutes les manières que je peux pour le Dharma, non pas pour plaire à Rinpoché, mais parce qu’en faisant cela, j’en apprend et en bénéficie. J’ai toujours une longue, très longue route à parcourir, mais chaque jour me donne la satisfaction que j’ai essayé même si j’ai échoué.

Je ne vois pas le Bouddhisme Tibétain ou le Bouddhisme comme une religion mystique d’Inde qui fut religieusement pratiqué dans l’ancien Tibet. Pour moi, il n’y a pas de magie dans le Bouddhisme Tibétain, même si je ne peux douter de la présence de certains miracles.

La plupart des miracles arrivent parce que la cause qui les ont fait arriver sont toujours positives, que cela soit par l’action notre corps, de notre parole ou notre pensée, ou la combinaison des trois. Nous créons nous-même les causes pour que les miracles arrivent, de nos actions positives ; d’un autre côté, nous créons aussi les calamités qui se manifestent par nos négatives action. (Tout cela est référé en tant que karma)

Je ne sais pas grand chose à propos des profonds enseignements du Seigneur Bouddha, mais peu importe ce que j’ai appris, j’essaye de le mettre en pratique. Je me demande « Quand vais-je mourir ? » et après, avec ce rappel, je veux commencer à pratiquer immédiatement – pas demain, pas quand je serai grand-père, pas quand j’aurais fais une fortune de mon business, pas quand j’ai le temps. Le temps est tout ce qu’il me reste dans cette vie et c’est à moi de savoir comment l’organiser.

J’ai de nombreuses expériences personnelles intéressantes à partager, mais cela prendrait surement des pages à écrire. J’aimerais ajouter que je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi gentil et compassionnel que mon Guru, S.E. Tsem Rinpoché. J’ai vu sa bonté de si nombreuses manières et je ne peux seulement qu’espérer qu’imiter une fraction de ses merveilleuses qualités avec le souhait d’aider les autres sans aucune attentes.

** Henry est maintenant l’une des Directors de S.E. Tsem Rinpoché, le Vise président de l’association Bouddhiste de Malaisie La Maison Kechara, le Directeur de Kechara Paradis Magasins du Dharma et fait partie du Comité Exécutif de Kechara Centre Pour la Paix Mondiale.