Comment Des Vacances M’ont Transformée

Patsy Gooi

 

M‘ennuyant dans la vie et trouvant toujours une excuse pour partir en vacances, j’ai pris l’opportunité d’aller au Monastère Gaden avec ma sœur, son mari et un groupe d’ami pour rendre visite à un Rinpoché qui l’avait invitée là bas.

L’excitation grandissait alors que les jours se rapprochaient du départ puisque c’était la première fois que je partais pour un type de vacances différent – quelque par religieux, saint et éloigné, et loin des grosses villes et des centres commerciaux. Et d’avoir tant entendu parlé de ce Rinpoché par ma sœur, et de ses expériences pendant ses pèlerinages, la curiosité était une puissante raison pour me faire vouloir aller là bas.

Sept d’entre nous sont arrivés avec près de 20 grosses valises de nourriture, de vitamines, de céréales 3-en-1, de vêtements, etc. S.E. Tsem Rinpoché était assez gentil pour s’arranger afin que quelques moines aillent nous chercher à l’aéroport et nous emmènent à sa résidence, le Ladrang Tsem.

Cependant, nous n’avons pas rencontré Rinpoché à notre arrivée, mais nous étions occupés à nous familiariser avec l’endroit et s’adapter aux fréquentes coupures d’électricité. En vérifiant la salle de bain, nous avons réalisé qu’il n’y avait pas d’eau chaude. A ce moment, je me suis dit « Comme j’ai été stupide de venir ici et de manquer tout le luxe de ma vie ! » même si je savais que je n’allais rester que pour une semaine.

Après avoir eu un repas de nouilles instantanées et de thé au ginseng, et une petite sieste, nous sommes tous allé au jardin pour regarder quelques uns des moines ayant leur dîner. En les regardant,je me suis rendue compte à quel point leur vie était simple – et pourtant, ils avaient l’air tous si heureux et contentés. La vie là bas était si relaxante et je ressentais une sorte d’effet calme et paisible qui s’installait en moi.

Le jour suivant, après le petit déjeuner, nous avons enfin pu voir ce Rinpoché que nous étions tous impatients de voir. J’ai toujours attendu d’un moine qu’il fasse des prières, des rituels et des méditations et qu’il ai un regard sérieux et serein, mais quelque part, ce jeune homme imposant, grand et au teint clair était différent. (Ou c’était juste ma perception sur comment un moine devrait être?). Il était très amical et nous accueilli, d’un anglais Américain parfait, dans sa chambre qui servait de son endroit de prière, de repos et de travail.

Nous étions tous serrés dans sa chambre, avec à peine la place d’étirer nos jambes, et il était là, faisant son travail administratif et ses correspondances, triant les fonds à donner aux moines et aux familles pauvres, distribuant les vêtements, les vitamines et la nourriture que nous avions apporté avec nous et il nous expliquai comment les choses fonctionnaient dans le monastère.

En l’écoutant et en le regardant travailler, je me suis rendue compte que c’était la première fois que je rencontrais quelqu’un de si bienveillant et généreux. Même en tant que ses invités, nous étions traités avec grand soin car Rinpoché s’assurait que l’on prenait bien soin de notre transport, de notre accommodation et de notre nourriture. La pensée, « Ce n’est pas un moine Tibétain. C’est un moine très moderne. » a traversé mon esprit, et pour quelque raison que ce soit, j’étais heureuse d’être venue dans ce voyage.

Rinpoché était très gentil et il arrangea que nous ayons une audience avec l’un de ses Gurus, Kensur Rinpoché, pour nous bénir. Nous avons été aussi très chanceux de pouvoir être témoin d’une puja qui était tenue dans le Centre de Prière Principal. Rinpoché nous emmena aussi visiter certaines familles pauvres à qui il distribua personnellement de la nourriture et des vêtements.

D’être autour de lui pendant ces quelques jours m’a fait réaliser qu’il y avait beaucoup de choses que je devais apprendre pour être une meilleure personne. Sans jamais dénier que je n’avais aucune faute, je savais que je devais dépasser mon esprit se chérissant lui-même. « Mais comment ? » je me demandais.

Je n’avais aucune connaissance du Dharma, et la seule chose spirituelle que je connaissais était de suivre mes parents au temple pour aller prier. Je n’avais pas d’intérêt dans la religion parce que je ressentais que c’était une chose qui prenait trop de temps et qui était trop rigide. J’avais besoin de sacrifier beaucoup de choses que j’adorais dans ma vie et que je n’étais pas capable de sacrifier !

Cependant, ce Rinpoché était si moderne et compréhensif. Sa devise était « Changeons nous-même intérieurement, pas extérieurement. » Il nous conseilla de lire, d’acquérir du savoir, de continuer ce que nous faisions, d’être nous-même et de nous amuser mais d’incorporer le Dharma dans nos vies quotidiennes. Pas de prières difficiles, pas de rituels ou de méditation qui durent des heures. O

uah! C’est assez facile, c’est logique et réalisable ! Et d’avoir rencontré ce Rinpoché qui incarne toutes les qualités d’un Bouddha – bonté et compassion, générosité, patience et soin, savoir et sagesse – qui est pourtant plein d’esprit, qui a de l’humour et parle ma langue, j’aurais été stupide de laisser partir cette opportunité !

La dernière soirée avant notre départ, ma sœur et moi sommes resté éveillées toute la nuit pour parler de Rinpoché, et il nous avait donné tant de connaissance du Dharma et tant de conseils, de sa propre façon, relaxée, drôle et facile. Le levé du jour se montra et nous devions rentrer à la maison ; en fait, je me sentais triste de devoir partir si tôt et je ne savais pas quand j’allais le voir à nouveau, et la communication vers L’inde était si mauvaise et n’était pas fiable. Pourtant, la gentillesse de ce Rinpoché n’a jamais cessé, même après notre départ. De temps à autre, je recevais des lettres, des cartes postales, des livres du Dharma, des cadeaux et des conseils de lui.

Aujourd’hui, plus de 10 ans après, je suis heureuse d’avoir fait le voyage qui changea énormément ma vie, bien que j’ai toujours de nombreuses faiblesses où j’ai besoin de travailler dessus. Je suis vraiment bénie que ce Rinpoché, qui est à présent mon Guru et mon Ami Spirituel, soit toujours si attentif, et m’aide et me protège toujours patiemment, moi et mes proches.

Merci Rinpoché, d’être avec nous. Puissiez-vous avoir une longue vie, une bonne santé et puisse toutes vos activités du Dharma s’étendre et fleurir pour bénéficier tous les êtres sensibles.

** Patsy, une élève de long-terme de Rinpoché, est aujourd’hui la Manager de Kechara Paradis Penang et dirige le Groupe d’Études Penang dans les pujas de Setrap chaque semaine. Elle est aussi la Directrice d’Agence de la branche de Kechara Soupe Populaire à Penang.