Trouver le Bon Docteur

Ashlee Tam

Il y a un an et demi, mon mari découvrait un groupe d’amis du Dharma à travers un parent. C’était seulement la première semaine et il allait déjà participer à des « retraites » pratiquement toutes le nuits consécutives pour une semaine.

J’étais véritablement frustrée avec lui et je lui disais qu’il était devenu « obsédé ». Je veux dire, à quoi pensait-il? À cette époque, alors qu’on faisait face à des difficultés financières, comment pouvait-on passer cette période alors qu’il ne faisait que prier et méditer tous les jours? Les factures s’empilaient et tout ce qu’il faisait était de prier à la maison et d’aller à des retraites et des cours du Dharma.

Je me souviens encore de la première fois où j’ai rencontré le type bizarre qu’ils appelaient leur « Guru » et « Rinpoché ». Mon instinct me disait qu’il était un Lama hautement réalisé et un très précieux. Je me suis dit «  Il ressemble plus à un dictateur et un conducteur d’esclave, faisant que tous ces gens stupides autour de lui le traiter comme un roi. »

Mon instinct me persuada d’aller participer à un de ses enseignements du Dharma et par curiosité, je suis allée à quelques uns d’entre-eux pour savoir de quoi s’agissait tout ceci. Il s’est avéré que le truc dont parlait Rinpoché avait tout à fait du sens et était très logique. Mais je me suis dis que je devais me concentrer sur le travail pour pouvoir aider à remettre à flot les finances de la famille, au lieu de dépenser mon temps dans la religion. « Dieu ne m’aidera pas si je ne m’aide pas moi-même »… c’était ma devise.

La moitié d’une année était passé et les choses ne s’étaient pas arrangées. J’étais dévastée lorsque ma grand-mère bien-aimé est morte, j’ai donc fait l’humble requête à Rinpoché de venir et de bénir ma grand-mère. Je ne pensais pas qu’il pouvait venir et la bénir gratuitement, mais par sa bonté et sa compassion, il est venu avec son entourage. J’étais vraiment touchée.

Et une semaine après, mon patron nous fit part de la nouvelle à contrecœur qu’ils fermaient l’entreprise. Tout ce qui pouvait potentiellement aller mal alla mal. « Qu’est-ce que je vais faire? » commençais-je à me demander. « Pourquoi cela m’arrive-t-il? Qu’est ce que j’ai fais pour mériter ça? Est-ce donc cela dont la vie est à propos?

Je ne peux pas continuer sans un travail… pas en ce moment » J’étais vraiment déprimé et à la fois je me battais pour trouver un travail. Grand merci, j’ai retrouvé un travail en moins de trois semaines. Durant mon premier mois là-bas, j’ai découvert que j’avais sauté dans une autre bateau entrain de couler, et mon salaire n’arrivait jamais à l’heure.

La chasse au travail recommença encore… et voilà! Je me suis retrouvé à travailler dans une entreprise multinationale. WOW!!! J’avais toujours voulu travailler pour une multinationale. Comment l’ai-je fait? La puissance de la confiance en les Trois Joyaux et le Guru. Et pas seulement ça : en moins d’une année à travailler dans cette entreprise, j’ai déjà reçu une promotion et une augmentation de salaire.

Vous voyez, la plupart du temps la médecine à un mauvais goût, mais nous avons besoin de la prendre pour guérir de notre maladie. Je n’ai jamais su que j’avais tant de poison en moi (mauvais karma, orgueil, ego, égoïsme, paresse, colère, mauvaises habitudes, mensonges) jusqu’à ce que j’ai rencontré mon cher Guru, Tsem Rinpoché. J’ai découverts le docteur (dans ce cas, Rinpoché) qui peut me prescrire la bonne médication pour me soigner…à condition que je la prenne.

J’ai vraiment beaucoup de gratitude pour ses enseignements du Dharma et de la manière dont il a transformé ma vie et ma façon de penser. Par exemple, je comprend à présent la signification de l’impermanence. Il est en effet un superbe Lama et un avec un grand sens de l’esprit du temps aussi! Je prie pour sa longue vie pour qu’il puisse continuer à prescrire du bonheur à plus de gens.

C’est triste à dire, j’ai accumulé une grande quantité de mauvais karma pour avoir eu, initialement, une mauvaise vue sur lui. Je regrette cela et je travaillerai à le purifier et à servir mon Guru bien-aimé; je prie afin que je puisse bénéficier les autres autant qu’il m’a bénéficié. Merci mon précieux Lama, pour avoir essayé avec persistance de soigner la maladie que j’avais en moi et pour votre prescription gentille et compassionnelle.

**Aslee et son mari Alex sont des volontaires réguliers de la Maison Kechara, et sont spécialement engagés dans les Classes d’Enfants Manjoushri chaque dimanche à la Maison Kechara.