Transformer la Magie Noire en Miracle du Dharma

Margaret Lee

H.E Tsem Rinpoche

Si mon mari ne m’avait pas trompé, je ne serais jamais venue au Saint Dharma. C’était au printemps de 2001, lorsque mon mari m’avoua ouvertement qu’il était amoureux d’une femme Musulmane Indienne qui avait deux filles. Il pensait même louer une maison pour vivre avec elle, ce qu’il fit finalement deux mois plus tard.

Ayant été mariée à lui pendant 14 ans, j’avais remarqué qu’il n’était plus le mari que je connaissais. Il y avait clairement des changements de comportements, très inhabituels. Il était comme un adolescent tombant amoureux à nouveaux. Il prit ouvertement des vacances et effectua des voyages avec elle vers la Thaïlande et Singapour dans les premiers temps, et l’aida à trouver un avocat à Singapour pour obtenir le divorce de son mari de l’époque.

Mon instinct féminin me dit qu’il était sous un charme. Même si j’avais entendu parler de ses histoires de magie noire, je ne savais pas vers qui me tourner. J’ai demandé à mes amis et mes voisins, et à travers leurs relations, ils m’ont tous confirmé que cette femme avait ensorcelé mon mari. Et bien évidement, leur bomohs respectifs (docteurs-sorciers Malaisiens) ont dit que je pouvais mettre fin à cela en jetant quelque chose d’autre, pourtant j’ai hésité et je n’ai jamais suivit leurs instructions.

L’un de mes collègue de bureau s’inquiétait et me dit que son frère connaissait un Lama Tibétain qui serait peut-être capable de m’aider. Toutefois, il vivait à Singapour à l’époque et elle avait besoin d’arranger un rendez-vous pour que je puisse aller là-bas pour le voir. En moins d’une semaine, j’appris que ce Lama venait en Malaisie pour donner un enseignement sur le Dharma – quelque chose qu’il n’avait pas fait depuis presque une année et demi.

C’était au 17 avril 2001 que j’ai rencontré mon Guru pour la première fois. L’enseignement était tenu dans la maison de l’un des élèves; elle était remplie de gens, et ils avaient l’air tous très excités quand à l’arrivée du Lama. Je voyais plein de photos sur un des murs de la maison et l’hôte me dit que c’était Rinpoché, ce qui signifiait « Le Précieux » en Tibétain.

Mon impression de lui fut, comme je m’en rappelle maintenant, qu’il avait l’air si jeune, si différent de ces autres plus vieux Lama Tibétains traditionnels, et qu’il avait le sourire le plus paisible et serein sur ses lèvres. Mon seul doute était de savoir s’il était vraiment assez puissant pour m’aider à chasser la magie noire.

Soudainement, quelqu’un à crié, « Rinpoché arrive! ». Nous nous sommes tous mis en ligne et on m’a demandé de le saluer avec une khata, une manière très traditionnelle et respectueuse de saluer un Lama. Je ne pouvais pas croire ce qui était en face de moi puisqu’il ne ressemblait en rien aux photos que j’avais vu sur le mur. Au lieu de cela, le Lama était grand, mince, un gentleman moderne dans des vêtements civils. Il m’a juste demandé mon nom, je lui ai offert la khata et il monta se changer.

Il redescendit habillé de ses robes dorées, et il ressemblait à « Fu Ye », le dernier empereur de Chine, alors qu’il clamait toujours en plaisantait qu’il en étant un. Je n’avais jamais participé à un enseignement du Dharma avant, sans savoir même la signification de Dharma. Cependant, durant l’enseignement, même si j’avais mes propre agenda à tenir, j’étais entièrement absorbée par ses mots, son humour, et les moyens habiles à travers lesquels il apportait le message à chacun de nous. C’était une expérience vraiment fantastique pour moi!

Il était plus de minuit avant que l’enseignement ne finisse. Finalement, ce fut le moment de la consultation. Lorsque ce fut mon tour, j’étais impatiente de lui demander si mon mari était ensorcelé. Il effectua son lancé de dés, dont je sais à présent que cela fait référence à la divination.

Il m’a dit ces mots exactes, « Oui, c’est de la véritable magie noir authentique, c’est venu de la source d’une femme. Pardonnez-les (mon mari et l’autre femme), ils sont des êtres humains. Soyez patiente, soyez forte. Le sort sera brisé mais cela prendra du temps. »

À ce moment, je me suis dit « Comment pourrais-je pardonner la femme qui m’a pris mon mari?! Je suis un être humain moi aussi! » Il m’a demandé plus tard si j’avais quelque problème électrique dans maison, et une cloche sonna dans mon esprit: Mon aspirateur et mon fer à repasser ont tous deux cessé de fonctionner brutalement un jour.

Ensuite, je me suis souvenu que mes enfants s’étaient plaint que la télévision s’éteignait toute seule à plusieurs reprises lorsqu’ils étaient entrain de la regarder, et que ma chaine-hifi favorite s’était arrêté de fonctionner aussi. Dernièrement, mais pas des moindres, ma toute nouvelle Volvo, qui n’avait que 6 mois, refusait de démarrer. Lorsque le technicien de l’assurance est venu, il m’a dit que la batterie de la voiture était morte.

On m’a dit de faire le mantra d’un protecteur 100 000 fois, le plus vite possible, et de souffler le mantra sur les objets et les vêtements que mon mari portait. C’était pour prévenir un feu mineur d’arriver dans ma maison, de par la nature électrique de la magie noire. Je l’ai fait avec diligence et aussi vite que j’ai pu. Lorsque je récitais le mantra, je sentais mon cœur battre à toute allure mais, en même temps, je ressentais aussi une immense paix, comme si je savais que rien de radical n’allait arriver à moi ou aux enfants.

Ma première expérience de la puissance des mantras est une que j’aimerai partager avec vous tous. Ma mère avait donné à mon mari un bracelet en or comme cadeau de mariage, qu’il portait depuis le jour de notre mariage. Pendant la durée de la semaine que nous, en famille, avons passé nos dernières vacances ensembles à Koh Samui, j’avais remarqué que la chaîne en or n’était plus à son poignet. Je savais qu’il l’avait donné à cette dame.

Je lui ai demandé avec grand tact où était le bracelet, et il m’a évidement répondu qu’il était dans un endroit en sécurité. Je lui ai dit que je voulais nettoyer tous les bijoux puisque j’avais un nouveau nettoyant à bijoux. Un semaine plus tard, il m’a donné le bracelet.

Immédiatement et sans aucune hésitation, j’ai récité le mantra du protecteur et je l’ai soufflé dessus. C’était un bracelet solide en or et je me souviens qu’à chaque fois que je soufflais dessus, il bougeait comme un serpent. Au septième tour du mantra, alors que je soufflait sur la chaîne, elle ne bougea pas! J’ai cru que j’avais fait quelque chose de mauvais et j’ai soufflé encore plus fort, mais il restait immobile.

J’ai appelé l’assistante de Rinpoché et lui demanda ce qu’il s’était vraiment passé. Après qu’elle ai consulté Rinpoché, elle me dit que la chaîne avait été ensorcelée. C’était la raison pour laquelle la chaîne bougeait lorsque je soufflait dessus, parce qu’elle était légère de par l’influence des esprits. Lorsque j’ai soufflé le mantra dessus, cela dissipait en fait le charme de la chaîne. Au septième tour de mantra, lorsque l’influence des esprits n’était plus là, l’or fut l’or de nouveau, lourde comme le métal, et bien que j’essayais de souffler encore plus fort, elle ne bougeait pas du tout.

Depuis le moment où j’ai rencontré mon Lama, je suis allée aux classes du Dharma et aux enseignements, même si j’avais été baptisée comme Chrétienne avant, je rencontre tant d’affinité avec les enseignements du Bouddha. La vérité, la logique et la philosophie du Bouddhisme donne tant de sens à nos vies. Peut-être parce que par une plus grande compréhension du Dharma, des peurs naturelles s’éveillent – le souhait de ne pas renaître dans les mondes inférieurs me pousse à pratiquer le Dharma avec diligence.

J’ai pris refuge en Mars 2003 et depuis ce jours, je suis réellement redevable envers mon Guru qui a une fois de plus, utilisé ses moyens habiles pour amener un autre être – moi – vers le Saint Dharma. Aucun mot ne peut exprimer ma gratitude.

Le puissant savoir du Dharma m’a donné une force énorme pour faire face aux nombreux obstacles dans ma vie. Je peine encore parfois, mais je dois avouer que je fais à présent face à ces soucis plus facilement avec le savoir du Saint Dharma. J’espère qu’avec plus de compréhension et avec une pratique continuelle du Dharma, je deviendrai un jour une véritable lumière pour les autre validant ainsi la bonté de mon Guru.

**Margaret continue d’être un membre actif de la Maison Kechara, impliquée souvent dans les pujas, les classes et toutes les activités de Kechara.