Une Descendance Royale

Qui descend de Genghis Khan…

Qui descend de Genghis Khan...

Les grands parents de S.E. Tsem Rinpoché, Mingyur Wang, le dirigeant du Xinjiang et sa femme, la Reine Dechen Minh

Clickez ici pour voir l’arbre familial

La lignée maternelle royale de S.E. Tsem Rinpoché peut être tracée jusqu’au légendaire roi Genghis Khan. Né de la Princesse Mongolienne Torgut Noyen, Dewa Nimbo, le nom Mongol de Tsem Rinpoché est Prince Iska Minh.

La mère de S.E. Tsem Rinpoché, la Princesse Royale de Xinjiang, Dewa Nimbo

La mère de S.E. Tsem Rinpoché, la Princesse Royale de Xinjiang, Dewa Nimbo

Le père de Rinpoché, Lobsang Gyatso, un grand partisan de S.S. Le 14ème Dalaï-lama et un grand disciple de Sa Sainteté le Panchen Lama, dirigeait une école d’éducation pour réfugiés à Taïwan pendant les années 1960 lorsqu’il rencontra la mère de Rinpoché, dont la famille s’était échappée de Mongolie vers Taïwan. L’école éduquait les enfants Tibétains à Taipei, préservant la culture, la religion, l’écriture et la langue Tibétaine.

Le père de Rinpoché, Lobsang Gyatso, avec S.S. Le Panchen Lama

Le père de Rinpoché, Lobsang Gyatso, avec S.S. Le Panchen Lama

À cause de son travail, S.S. le Dalaï-lama offrait souvent des audiences au père de Rinpoché pour se renseigner sur les dernières nouvelles de l’école. S.S. le Dalaï-lama était naturellement très intéressé dans le progrès de ces enfants et il était très content du travail du père de Rinpoché. Le père de Rinpoché est maintenant à la retraite, mais Tsem Rinpoché est très fier de son père pour avoir servit S.S. de cette manière.

Le père de Rinpoché, Lobsang Gyatso, lors d'une audience privée avec S.S. le 14ème Dalaï-lama

Le père de Rinpoché, Lobsang Gyatso, lors d’une audience privée avec S.S. le 14ème Dalaï-lama

Le père et la mère de Rinpoché ont eu une liaison, mais sa mère n’était pas au courant que son père avait déjà une femme et un enfant au Tibet. Les parents de Rinpoché se sont séparés avant même qu’il soit né et la honte d’avoir un enfant illégitime était trop grande pour sa mère, qui abandonna Rinpoché juste après sa naissance.

Le père de Rinpoché durant une visite récente au Tsem Ladrang de Kathmandou

Le père de Rinpoché durant une visite récente au Tsem Ladrang de Kathmandou

 

L’étendue de la Famille

Note : La section suivante inclut des extrais d’un plus grand article de Carl Barkman. Lire l’article d’origine ici.

Le Prince Palta, le dirigeant administratif de la Province de Xinjiang durant le début du 20ème siècle, était l’arrière grand père de Rinpoché. Un homme qui avait des origines Chinoises et Oirat-Mongol, Prince Palta suivit son éducation dans la science militaire à Tokyo, à partir de 1906-1908, avant de devenir le Gouverneur de la grande région d’Altai, en Chine. En 1977, il devint sénateur de la République de Chine, avec un grand savoir de l’histoire et de la culture Chinoise, et un maîtrise impressionnante de l’Anglais et du Japonais.

Le père de Rinpoché (à gauche) et l'oncle de Rinpoché (à droite)

Le père de Rinpoché (à gauche) et l’oncle de Rinpoché (à droite)

Le Prince Palta désirait que ses quatre enfants reçoivent une éducation à la fois orientale et occidentale. En 1915, suivant sa requête, le Tsar Nicholas II offrit à son fils le plus âgé, Mingyur Wang, l’admission à l’école Russe des officiers pour la noblesse à Saint-Pétersbourg. À son retour à Beijing trois ans plus tard, il se consacra à l’augmentation du bien-être de son peuple avec sa femme, la Reine Dechen. En 1949, il fuit avec sa famille vers le Tibet, et de là, vers l’Inde puis Taïwan. Il servit là-bas brièvement en tant que membre du parlement et mourut en 1975.

La fille de Mingyur Wang, Dewa Nimbo, qui est la mère de Rinpoché, étudia aux U.S.A, se maria à un Américain aux origines Oirat-Kalmyk, et eu deux enfants. Son frère vit à Taipei et il est devenu un auteur Chinois, se nommant lui-même Min Huk Hueay ou David Minh.

L'oncle de S.E. Tsem Rinpoché, le Prince David Minh, à Taïwan en 2008

L’oncle de S.E. Tsem Rinpoché, le Prince David Minh, à Taïwan en 2008

La Princesse Nirgidma, la sœur du Prince Mingyur Wang et la grande tante de Tsem Rinpoché, passa l’aube de sa jeunesse dans les campements du peuple nomade Toughut, en Asie Centrale, l’une des plus grandes tributs des Mongols-Oirat. Elle reçu une éducation Occidentale et Chinoise à l’école Française des nonnes du Sacré Cœur, à Beijing et plus tard étudia un grand nombre de sujets à Paris et Bruxelles, incluant la science politique, la littérature et la musique. Lorsque cette princesse, qui était alors d’une beauté ravissante, arriva à Paris, elle gagna facilement le cœur des hommes avec son esprit acéré, ses manières charmantes et son incroyable chaleur.

La grande tante de S.E. Tsem Rinpoché, la Princesse Nirgidma

La grande tante de S.E. Tsem Rinpoché, la Princesse Nirgidma

Mariée au diplomate Français Michel Breal, le consul général de l’ancienne capitale Chinoise, elle parlait le Français, l’ Anglais, le Chinois et le Russe couramment, et était érudite dans les cultures Orientale et Occidentale.

La grand-mère paternelle de S.E. Tsem Rinpoché, Jerey, et son oncle paternel, Trinley Gyatso

La grand-mère paternelle de S.E. Tsem Rinpoché, Jerey, et son oncle paternel, Trinley Gyatso

Un grand-oncle de Tsem Rinpoché, Tseren-Dorje, fut envoyé en Allemagne pour ses hautes études, plus tard, au début de la Seconde Guerre Mondiale, il revint pour enseigner l’Allemand à l’Université Catholique de Beijng.