Une enfance à Taïwan

Les premières années…

Les premières années...

En dépit des photos heureuse, Rinpoché était mal traité et souvent, n’avait pas assez à manger

Même en tant que bébé, S.E. Tsem Rinpoché montrait déjà des signes d’un comportement inhabituel. À sept mois, des moines sont venu et l’ont reconnu comme un Lama réincarné. Ils ont fait la demande d’emmener l’enfant au monastère pour son éducation spirituelle mais sa mère ne leur donna pas la permission de l’emporter. Elle dit que s’il était vraiment un haut Lama, il trouverai éventuellement sa propre voie vers le monastère.

Comme ses parents s’étaient séparés avant même sa naissance, Tsem Rinpoché vivait à Taïwan sous les soins d’une mère adoptive, Shi Mama, dont il découvrit plus tard qu’elle était payée pour prendre soin de lui. Il vécu avec trois « demi-frères » dans un appartement au 3ème étage, en-dessous duquel se trouvait une épicerie Chinoise. Il reçu une éducation dans une école du voisinage où la langue principale était le mandarin, et où il était un membre de l’équipe de course de vitesse.

Une enfance à Taïwan

Les premiers souvenirs de Rinpoché étaient de marcher le long de la rue à Taipei et d’être attiré par les décors, les temples et les poupées d’opéra Chinoises ( qui ont dû lui rappeler Setrap!)

“Je me suis toujours senti comme si j’étais royal. Par exemple, j’avais l’habitude d’avoir du monde autour de moi, faisant les choses et me servant, et là c’était comme si « Où est passé tout le monde? ». C’était juste une impression.”

Ce n’était pas de l’arrogance, mais Rinpoché sentait seulement naturellement que c’était ce qu’il était, ce qui venait définitivement des empreintes de ses vies passées en tant que haut Lama.

Une enfance à Taïwan

Grandir n’a pas été facile, et c’est peu dire; il était maltraité, mal nourri, et taquiné sans-merçi par ses trois « demi-frères ». Il n’était jamais en paix. Comme les choses n’étaient pas faciles à la maison, en tant que petit garçon, Rinpoché traînait souvent dans les rues de Taipei après l’école à la recherche de nourriture, ne retournant à la maison que vers 21h-22h pour aller au lit souvent affamé. À de nombreuses reprises, Rinpoché était puni, battu ou on lui demandait de s’agenouiller sur du riz toute la nuit.

Il y avait quelque répit à cette existence, toutefois. La vraie grand-mère de Rinpoché, la Reine Dechen, venait lui rendre visite de temps à autres, amenant souvent des jouets, des vêtements ou des sucreries. Il avait la permission de profiter de ces cadeaux en sa présence, mais lorsqu’elle était partie, les cadeaux l’étaient aussi.

“Ma grand-mère était l’une des quelques personnes qui étaient gentilles avec moi lorsque j’étais enfant. Elle me confiât à une famille d’adoption, mais elle me rendait visite très souvent pour être certaine que j’allais bien.”

Une enfance à Taïwan

“Je me souviens qu’elle m’apprenait comment réciter des mantras « Om Mani Pémé Houng ». Elle me disait de ne pas oublier de faire les mantras et de ne pas oublier qui j’étais. Je l’aimais beaucoup. Elle est morte à Taïwan. Elle était une femme si forte et robuste, mais avant de mourir elle était très maigre et émaciée. On m’avait dit qu’elle avait de grandes pertes de mémoire mais lorsqu’on s’est vu une fois de plus, elle se rappelait de moi immédiatement et pleura.”

Rinpoché se souvient affectueusement aussi avoir été en voyage aux sources chaudes dans les campagnes alentours avec Kwan Mama et sa famille. Aller à la campagne apporta un peu de paix à Rinpoché puisqu’il n’avait pas à s’inquiéter; on prenait bien soin de lui et c’était une des rares occasions qu’il pouvait apprécier. Elle-même et ses frères lui apportaient souvent des jouets, des vêtements et même faisaient faire prendre un bain à Rinpoché, puisqu’il n’était pas bien traité et manquait chez lui des soins humains les plus basiques. Rinpoché fit plus tard la découverte que Kwan Mama était une camarade de classe de sa vraie mère qui lui avait explicitement demandé de prendre soin de lui.

Une enfance à Taïwan

Le dernier incident dont il se souvient avec sa vraie mère est de l’avoir rencontré aux États-Unis lorsque la Reine Dechen prit l’avion avec lui à travers Taïwan lorsqu’il avait environ sept ans. Le jeune Rinpoché resta brièvement avec sa vraie mère et sa grand-mère avant qu’il fut introduit à une autre famille d’adoption.